On n’est pas des vaches !

Couture (Charente)Cette année encore, je suis partie en vacances à la campagne. Cela aura été la quatrième fois consécutive et, peut-être, la dernière d’une série, qui sait ? Il se pourrait en effet que j’aie envie de changer l’été prochain, pour me rapprocher, si ce n’est de la mer, au moins d’un endroit où mes enfants pourront aisément se baigner, car ils ont adoré aller se rafraîchir dans un lac des environs, pendant cette étonnante canicule qui nous est tombée dessus à la mi-août.
Avant cette mode « campagnarde », nous avons traversé une ère « montagnarde ». Nous partions alors souvent en randonnée sur des chemins tortueux, munis de nos bâtons de pèlerins. Nous avons connu l’aventure, la vraie, et nous en étions conscients. Entre deux séances de photos « spéciales petites fleurs », nous savions alterner les rires et les cris de guerre avec le silence indispensable pour nous laisser une chance d’apercevoir une marmotte. Au cri de « Kho Lanta ! » nous sortions nos sandwiches pour le déjeuner. 🙂
Maintenant, c’est « L’amour est dans le pré ! » qu’on entonne, à chaque fois qu’on croise un agriculteur sur son tracteur. Et oui, je l’avoue, les émissions de téléréalité ponctuent nos vies tout au long de l’année et, en ce moment, nous suivons avec enthousiasme, chaque lundi soir, les aventures des 11 agriculteurs et 3 agricultrices de la 7e édition de la fameuse émission animée par Karine Le Marchand.
J’avais déjà écrit, il y a un an, à propos de l’édition précédente. La relecture que j’ai faite de ce texte récemment m’a confortée dans le choix de mes agriculteurs préférés : Didier et Alexis. Curieusement, lors de l’émission qui leur était consacrée cette année (Que sont-ils devenus ?), ils se sont trouvés liés par le biais d’une petite parisienne nommée Aurora, qui est restée en contact avec tous les deux… Les suites de l’émission étant aussi amusantes que l’émission elle-même, l’avenir nous dira si l’amour a fini par surgir, quelque part, dans les prés de Paris…
Cette année, j’ai aussi choisi mes deux agriculteurs favoris qui, au point où en est l’émission, ont tous deux trouvé l’amour, contrairement à mes préférés de l’année dernière qui étaient repartis bredouille.
De Pierre, j’aime le caractère, le côté bon vivant et enthousiaste, mais aussi sensible et attentionné. Il a choisi deux femmes qui allaient bien avec lui, plutôt jolies et sympathiques, brunes toutes les deux et qui se sont bien entendu entre elles. Cependant, il n’a pas souhaité prolonger outre mesure l’étrange ménage à trois qu’impose le format de l’émission. Pierre était là pour trouver l’amour et il s’est donné les moyens d’arriver à son but. Aussi, au bout de quelques jours, il a gentiment mais clairement remercié Inge qui est tout de suite repartie dans son Luxembourg natal, pour s’investir entièrement dans la conquête du cœur de Frédérique, qui ne s’est fait prier qu’un petit peu, histoire de marquer le coup quand même. Perso, je dis : bravo Pierre ! Tu es un exemple à suivre pour tous les agriculteurs et agricultrices qui feront l’émission à l’avenir.
Mon deuxième préféré s’appelle Thierry et il est normand. J’aurai du mal à vous dire pourquoi il m’est sympathique mais le fait est que je l’aime bien. Peut-être simplement parce qu’il y va vraiment franco, mais alors là, vraiment ! Voilà quelqu’un qui n’a pas le moindre complexe et qui en plus rigole tout le temps. Ce rire, franc et limite « bête » (disons-le tout de même), ponctue ses dires toutes les deux phrases environ et moi, franchement, ça me fait marrer. Il a choisi deux femmes très différentes l’une de l’autre mais, comme Pierre, il s’est décidé assez rapidement. Sauf que, lui, il a méchamment hésité ! Après avoir passé une nuit avec Bénédicte, qui en est sortie convaincue d’avoir gagné le cœur de l’agriculteur, il change du tout au tout dès le lendemain matin pour lui annoncer qu’il regrette leur « connerie » et qu’il va finalement choisir Annie. Heureusement, j’étais assise quand j’ai regardé cette séquence. Car mes yeux n’en croyaient pas mes oreilles. La production n’a montré aucune image de ce faux pas et n’a pas non plus épilogué sur cette façon de faire inédite et complètement hallucinante !
L’amour est dans le pré passe en prime time. Je regarde ça avec mes enfants, ou plutôt je regarde ça coûte que coûte et il arrive que mes enfants soient avec moi. Comment laisser passer, comme une lettre à la poste, quelque chose d’aussi peu moralement correct ? Le fait que chaque candidat doive inviter deux prétendant(e)s « à la ferme » met du piment et rend l’émission certes plus amusante (les choses sont bien différentes lorsqu’une annulation de dernière minute laisse tout seul un agriculteur avec une invitée unique). Mais cela est souvent vécu comme une difficulté à surmonter ! Ce n’est pas comme ça que les choses se passent dans la vraie vie. On n’approche pas deux personnes en même temps pour leur faire la cour, pas en présence l’une de l’autre en tout cas. Comment faire pour arriver à « se connaître » un minimum, sur un laps de temps si court, avant de passer la vitesse de la séduction ? Voilà le challenge habituel ! Mais Thierry a, le premier à ma connaissance, envisagé les choses à partir d’un tout autre angle. J’ai deux prétendantes, quelle aubaine ! Je les essaye et ensuite je décide !? Et la production nous présente ça comment ? « A la fin d’une soirée bien arrosée »… Ok, devrait-on donc tout pardonner sous prétexte qu’ils étaient bourrés ?
Le lendemain, de façon franche et sans détours, Thierry avoue son pêché à Annie. Et comme « faute avouée, faute à moitié pardonnée », il ne reste à la belle qu’à faire l’autre moitié du chemin. Elle n’est pas contente et elle le dit. Je trouve ça bien ! Elle est même triste et déçue. En gros, Thierry, tu as déconné grave et tu aurais mérité bien pire que ce « On n’est pas des bêtes. T’es pas le taureau avec tes vaches », qu’elle te lance. Mais bon, allez, Annie est venue pour trouver l’amour et elle est déterminée, alors… elle pardonne. On efface tout et on recommence et c’est parti pour le vrai conte de fées. Musique, s’il vous plaît !
Bénédicte, quant à elle, reste digne. Après avoir entendu Thierry enclencher à fond la marche arrière, elle reste encore une journée, au cas où… et peut-être surtout le temps de se convaincre que ce qui lui arrive est vraiment en train de lui arriver. Mais son hôte l’a déjà oubliée, entièrement dévolu à l’amour qu’il porte à celle « qu’il lui faut », car il a réfléchi et il s’est rendu compte que le matin, elle fait quoi la Bénédicte ? Elle dort ! Alors qu’Annie, c’est une bosseuse. Et ça, ça compte aussi ! Donc, il n’y a pas photo les amis !
Après tout ce que je viens de dire, on pourrait croire que je n’aime pas vraiment Thierry. Mais ce n’est pas ça du tout, il reste l’un de mes préférés. En revanche, je n’approuve pas ce qu’il a fait. Je trouve ça honteux. Et je me pose aussi des questions sur la « scénarisation » de l’épisode. Même si, vu le personnage, je ne suis pas sûre qu’ils n’aient pas fait du mieux qu’ils pouvaient !
Enfin, tout ça est bien loin déjà. Thierry et Annie semblent filer le parfait amour et rêvaient même – aux dernières images diffusées – de faire un enfant ensemble. Et le futur père d’exprimer son impatience (j’ai hâte, qu’il disait) et avoue qu’il aimerait bien si ça pouvait être un petit garçon, pour la fierté de lui montrer comment marche le tracteur…
Pour ma part, je ne fais aucun pari sur mon avenir. Je profite de l’instant présent et de l’élan de nouveauté qu’apporte la rentrée. Je me dis juste que l’été prochain, quelle que soit la région que j’aurai choisie pour passer des vacances, je ne manquerai pas de regarder la 8e édition de L’amour est dans le pré, déjà en préparation. Je saurai alors ce qu’ils seront devenus, Pierre et Frédérique, Thierry et Annie, et tous les autres. En espérant que les amours qui sont nées dans leurs prés il y a peu tiennent le coup d’ici là et bien au-delà.

Publicités

A propos auxecrires

Femme, mère de 2 enfants, quadra, habitant en région parisienne...
Cet article, publié dans autobiografia, en français, expressions / frases y dichos, films / peliculas, opinion, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour On n’est pas des vaches !

  1. Ping : Coup de foudre au prochain village ? Pas vraiment… | Aux écrires de Viv

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s