J’aime profiter !

LEGOJ’ai encore réfléchi à la traduction ces derniers temps… En cherchant à expliquer pourquoi cela est parfois si difficile, je me suis dit que parler une langue c’est un peu comme faire des constructions en légo, où chaque mot correspondrait à une pièce de forme différente. Chaque langue aurait son lot de pièces de légo d’une couleur particulière par exemple. La plupart des formes de légo existeraient dans les différentes couleurs. On pourrait donc facilement construire un château bleu à l’image d’un château jaune. Sauf que pour certaines pièces, il n’existerait pas de forme équivalente dans l’autre couleur. Il faudrait donc se débrouiller pour bricoler quelque chose de façon à ce que ça tienne quand même, en assemblant deux autres pièces par exemple. Du coup, le château jaune ne serait pas la copie conforme du château bleu. Pour ceux qui les verraient séparément, aucune importance. En revanche, un architecte qui connaîtrait l’existence de la pièce jaune aurait du mal à se contenter du bricolage bleu. Pour cette raison, lorsqu’on discute avec des amis qui connaissent l’ensemble de mots et des expressions du français et de l’espagnol, il arrive fréquemment que nous mélangions dans une même phrase les mots d’une langue avec ceux de l’autre. Cela nous permet d’affiner au mieux ce que nous voulons dire.
Apprendre une langue c’est donc pouvoir communiquer avec plus de monde mais aussi disposer de plus de nuances pour ressentir et nous exprimer. Du coup, lorsqu’on est obligés de se cantonner à une seule langue, cela peut se révéler assez frustrant dans certains cas, comme lorsqu’on cherche à traduire une poésie par exemple.
Je pense notamment à deux mots qui sont particulièrement difficiles à traduire : « aimer » et « profiter », car ils ont chacun plus d’un équivalent en espagnol.
Alors qu’en français on aime son amoureux, sa soeur, son voisin ou manger du chocolat. En espagnol, on va utiliser « amar » pour le premier, « querer » pour la deuxième, « caer bien » pour le troisième et « gustar » pour le dernier. Amo a la persona de quien estoy locamente enamorada, quiero a mi hermana, me cae bien mi vecino y me gusta comer chocolate! Il y a donc une ambiguïté en français qu’il n’est pas possible de reproduire en espagnol. Et un degré de précision en espagnol qu’on ne peut pas retrouver lorsqu’on traduit un de ces mots au français.
Mais alors, du coup, aime-t-on en français comme on aime en espagnol ? Voilà une question qu’il vaut peut-être mieux ne pas se poser. Quand on a connu une plus grande diversité de sentiments dans une autre langue, on peut facilement se réfugier derrière un « je t’aime » en français.
– Oui, mais tu m’aimes comment ? A quel point ? Pourrais-tu me dire « te amo » ? Ou seulement « te quiero » ?
Pour « profiter », c’est un peu pareil. Deux mots en espagnol, avec des significations très différentes, pour un seul en français. Profiter de la vie c’est « disfrutar » de la vida. Et profiter de quelqu’un : « aprovecharse » de alguien. Alors que profiter peut être connoté positivement ou négativement, aucune ambiguïté n’est possible en espagnol. La traduction est donc simple vers l’espagnol si le contexte nous permet de choisir l’un ou l’autre mot mais dans l’autre sens, vers le français, on introduit des nuances qui n’existaient pas à l’origine et qui peuvent être très gênantes.
Sachant que « querer » veut dire vouloir en plus d’aimer, la traduction du titre de ce billet pourrait facilement glisser du amo disfrutar au quiero aprovechar. Les hispanophones apprécieront la différence. Pour les autres, cela correspond à l’écart existant entre aimer profiter (de la vie par exemple) et vouloir tirer profit (de quelque chose ou de quelqu’un).

(photo : Bill Ward)

Publicités

A propos auxecrires

Femme, mère de 2 enfants, quadra, habitant en région parisienne...
Cet article, publié dans en français, opinion, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour J’aime profiter !

  1. versionscelestes dit :

    Saludos Viv:

    Gracias por tu comentario y te devuelvo la visita.

    Todos los legos del mundo pueden estar à notre portée.

    Versions Célestes

  2. auxecrires dit :

    Uy, qué tal Versions Célestes ? Me habia olvidado por completo de ese comentario que dejé en tu blog. Si alguien me hubiese dicho en aquel entonces (no tan lejano) que un dia iba yo también a pensar en traducir una poesia, jamas lo habria creido!
    No sé como fue que cai con aquel poema tuyo en dos versiones. Pero recién después de haber dejado un comentario paseé por tus paginas y me di cuenta de que habia unos cuantos mas traducidos.
    Supongo que no te pasara lo que a mi, que me siento frustada de no poder decir « exactamente » lo mismo. Tal vez hasta le veas ventajas a las diferencias entre los idiomas! Voy a tratar de tomarme las dificultades de traduccion de manera mas positiva. Prendre du recul vis-à-vis du texte devrait m’aider. Si, que lindo poder disponer de tantos legos, no?
    Una cosa que siempre me llamo’ la atencion es lo que sucede cuando nos piden que analicemos un texto en el colegio. Uno puede llegar a decir tanto disparate sobre las intensiones que tuvo el autor cuando eligio’ tal palabra en vez de tal otra! Aca se me ocurre que es un poco lo mismo. Que el texto traducido no sea igual que el original, qué importa finalmente? Me pregunto ahora si no sera’ cuando uno termina y publica un texto que empieza su vida propia (la del texto claro).
    Gracias a ti por tu visita y por tu comentario!

  3. Calame dit :

    Querida Viviana,

    Que voilà une belle métaphore pour rendre cet art si délicat de la traduction et cette opération aussi nécessaire que forcément inexacte, auxquels j’ai été confrontée pendant des années en littérature étrangère et qui me laisse à jamais admirative du travail de ces traducteurs qu’on oublie souvent !

    C. aka O. 🙂

  4. auxecrires dit :

    Querida Calame,
    Rien que pour lire la fin de ton commentaire, ça valait le coup d’écrire ce texte. Après ta première phrase très sérieuse, lo menos que me esperaba era leer algo asi!
    Tu as raison, les traducteurs sont des artistes de l’ombre. Rendons-leur hommage en coeur (avec un accompagnement de flûte si possible ;-)).

  5. Juan Pirincho dit :

    VERBO AMAR. ADVERTENCIAS SOBRE EL USO DEL KIT AMOROSO DE LEGO EN ESPÀÑOL
    Amar, en español, es un verbo literario, solo lo usan los cursis (¡Te amo Rosita!) o los sinvergüenzas (¡Me dedico a la política porque amo a mi país!).
    Sí, también lo usan los poetas.
    La plebe, municipal y espesa, utiliza el verbo querer que es un verbo polisémico:
    QUERER = Amar.
    QUERER = Acto de la voluntad (Quiero ser el hombre más poderoso del mundo).
    QUERER = Desear la posesión de algo (quiero este coche).
    Probablemente cuando un español le dice a una mujer ¡Te quiero! le está diciendo las tres cosas

  6. auxecrires dit :

    Totalmente de acuerdo con usted Sr Juan Pirincho! Gracias por su comentario.
    Es más, me ha quitado usted un peso de encima al explicarme por qué me es imposible usar el verbo amar en español, jeje.
    Qué se me habrá dado por escribir tanta pavada en noviembre de 2010, no? 🙂

  7. Marie-Jo Raimbault dit :

    ¡Hola Viv!

    Voici ce que j’écrivais à ma petite correspondante espagnole :

    » Durante esta época del año, siempre mi marido disfruta tomando algunos días de vacación.

    http://www.spanishdict.com/wordoftheday/2251/disfrutar

    À cette époque / période de l’année, mon mari s’amuse toujours en prenant quelques jours de vacances.

    Je pense que c’est le verbe s’amuser qui traduit le mieux « disfrutar » ici. Mais on ne dira pas cette phrase en français. Plutôt :

    À cette époque / période de l’année, mon mari aime toujours prendre quelques jours de vacances.
    À cette époque / période de l’année, mon mari a toujours plaisir à prendre quelques jours de vacances.
    À cette époque / période de l’année, mon mari se plaît toujours à prendre quelques jours de vacances.

    Cette phrase traduirait bien le fait de profiter de jours de vacances en laissant l’idée que l’on a pris des jours de vacances; mais c ‘est sous-entendu :
    À cette époque / période de l’année, mon mari apprécie toujours quelques jours de vacances.

    En plus, en ce qui le concerne, il doit obligatoirement prendre des jours.

    Il a pris deux semaines; sa société est fermée à partir du 24/12 et reprend ses activités le 2. »

    Je viens d’avoir 56 ans et je n’ai pas appris l’espagnol à l’école, aussi est-ce d’autant plus difficile pour moi de progresser en espagnol. Tu écris : » Apprendre une langue c’est (donc) pouvoir communiquer avec plus de monde mais aussi disposer de plus de nuances pour ressentir et nous exprimer. » Deux belles raisons pour apprendre une nouvelle langue !

    Je reviendrais te lire en français et un peu en espagnol !

    Merci, Viv !

    Marie-Jo

  8. auxecrires dit :

    ¡Hola Marie-Jo! Y muchas gracias por tu mensaje, que me hace volver sobre un tema que me interesa mucho.
    Je réalise en lisant ta phrase qu’il n’est pas aisé de saisir toutes les nuances du verbe disfrutar. Dans la situation que tu décris, si je penser à ton mari en train de « disfrutar », j’aurais dit en français qu’il « se fait une joie » de prendre quelques jours de vacances ou que « c’est pour lui un vrai plaisir » de prendre… Parce que disfrutar est un verbe résolument joyeux qui va au delà de s’amuser.
    A l’inverse, si je ne pars que de tes explications sur la situation, je ne pense pas que j’aurais spontanément choisi le verbe disfrutar mais plutôt le verbe « encantar » : En esta época del año, a mi marido le encanta tomarse unos días de vacaciones. Ensuite, rien ne nous empêche de préciser : ¡Y cómo los disfruta! 🙂
    Si jamais ce n’est pas assez clair, n’hésite pas à me le dire.
    Tous mes vœux pour cette nouvelle année et à bientôt avec plaisir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s