Quién nos quita lo bailado?

Pareja bailando tangoQué es hacer el duelo de una relación?
Algo que a veces no tenemos mas remedio que aprender, porque no se puede obligar al otro a seguir amándonos contra su voluntad.
Lo que si depende de uno es la manera de dar vuelta la página. Parece que la vida, el tiempo, las otras personas con las que nos cruzamos, nos ayudan a hacer ese proceso. Pero seguro que nosotros mismos también podemos ayudarnos.
Aunque sea doloroso al principio, se me ocurre que vale la pena cultivar algunos recuerdos positivos de lo que se pudo compartir. Eligiendo lo que se conserva y lo que se olvida, después de haberle aplicado a cada recuerdo nuestros propios criterios, por mas arbitrarios o subjetivos que sean.
Y asi poder sentirse bien de nuevo sin lamentar nada de lo que vivimos porque, al fin de cuentas, quién nos quita lo bailado?
(photo : lukas_y2k)

P.S. : Je tente a posteriori de traduire de ce texte, sachant que la traduction est un art que je ne maîtrise pas vraiment.
C’est pour moi beaucoup plus facile d’écrire directement soit dans une langue soit dans l’autre. Mais comme ce texte est assez court, j’essaye, pour voir ce que ça donne.
Après, l’exercice est tellement périlleux que je suis incapable de me rendre compte si certains passages plus « délicats » ont un sens en français ou si je suis en train d’écrire n’importe quoi ! Dans tous les cas, je sens bien que c’est moins « beau » mais c’est sans doute le prix à payer pour être compris dans d’autres langues.
La traduction de l’expression du titre en espagnol me semblant impossible, je pars sur une autre idée. Du coup, l’illustration par l’image est incompréhensible. Une photo d’Edith Piaf aurait été plus adaptée.

Non, rien de rien… non, je ne regrette rien !

« Faire le deuil » d’une relation amoureuse c’est… quelque chose que nous sommes parfois obligés d’apprendre à faire. Parce que l’on ne peut pas forcer notre partenaire à continuer de nous aimer contre sa volonté.
En revanche, ce qui dépend vraiment de nous c’est la manière dont nous tournons la page. Parait-il que la vie, le temps, les autres personnes que nous croisons, nous aident à faire ce processus. Mais sans doute pouvons-nous nous aider aussi nous-mêmes.
Même si c’est douloureux au début, il me semble que cela peut valoir la peine de cultiver quelques souvenirs positifs de ce que l’on a pu partager. En choisissant ce que l’on garde et ce qu’on oublie, après avoir appliqué nos propres critères à chaque souvenir, pour arbitraires ou subjectifs qu’ils soient.
Et ainsi être capable de se sentir bien de nouveau sans rien regretter de ce que nous avons vécu parce que, en fin de comptes, nul ne pourra jamais nous priver du bénéfice apporté par ce que nous avons vécu intensément.

Publicités

A propos auxecrires

Femme, mère de 2 enfants, quadra, habitant en région parisienne...
Cet article, publié dans en español, en français, expressions / frases y dichos, opinion, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quién nos quita lo bailado?

  1. Marisabel Garcia dit :

    Yo sólo agregaria al final : Y… »porque lo que el arbol tiene de florido,
    vive de lo que tiene sepultado »

  2. auxecrires dit :

    Ah, Marisabel, gracias por tu comentario!
    Que hermoso mensaje de esperanza el que da ese « Soneto », verdad? Aqui pongo un enlace hacia una pagina donde se puede leer el poema completo y otras poesias de Francisco Luis Bernardez, para los que no lo conozcan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s